Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

nous suivre

Rechercher





Accueil > Actualités

Soutenance de thèse Bryan Dufour le 25 avril 2019

par Rédaction LEST - publié le , mis à jour le

Doctorant en économie, il soutiendra sa thèse dirigée par Francesca Petrella « Mesurer la performance des structures de l’insertion dans un contexte d’évolution des politiques publiques : une étude comparative entre la France et le Danemark » le 25 avril à 14h

Titre

« Mesurer la performance des structures de l’insertion dans un contexte d’évolution des politiques publiques : une étude comparative entre la France et le Danemark »

Jury

  • Directrice de these : Mme Francesca PETRELLA, Aix-Marseille Université, LEST CNRS
  • Examinateur : M. Jérôme BLANC, Sciences Po Lyon
  • Examinatrice : Mme Nadine RICHEZ-BATTESTI, Aix-Marseille Université, LEST CNRS
  • Rapporteur : M. Lars HULGåRD, Roskilde Universitet, Institut for Mennesker og Teknologi Organisering, Etik & Social Bæredygtighed, Center for Socialt Entreprenørskab
  • Rapporteure : Mme Nathalie RAULET-CROSET, Sorbonne Business School (IAE Paris)

Résumé

Les structures de l’insertion par l’activité économique (WISE) ciblent l’accompagnement vers l’emploi d’une population croissante d’individus marginalisés. Ce faisant, elles sont devenues des partenaires privilégiés dans la mise en œuvre des politiques de l’emploi. Aujourd’hui, à l’heure où les deniers publics sont comptés, et dans le contexte de réformes publiques inspirées par le New Public Management (Hood, 1991), leur performance fait l’objet d’un examen de plus en plus attentif. Mais comment mesurer les objectifs d’insertion poursuivis par les WISE ? Et comment cette mesure affecte-t-elle les partenariats que les WISE nouent avec les acteurs publics ? Ces questions s’inscrivent dans un pan de la littérature économique qui encourage de nouvelles façons d’appréhender la performance, particulièrement dans le contexte de l’élaboration des politiques publiques (voir, e.g. Gadrey et Jany-Catrice, 2016). Notre thèse examine ces questions à travers une comparaison entre la France (un pays poursuivant des réformes de type néo-Webériennes ¬ NWS) et le Danemark (réformes de type nouvelle gouvernance publique ¬ NPG), en utilisant la théorie de la valeur publique (PVT, Moore, 1995) comme cadre analytique. Notre thèse met l’accent sur la notion de performativité (les implications que la mesure d’un phénomène peut avoir sur ce même phénomène). Ce concept met en exergue les répercussions que la mesure de la performance peut avoir en termes de résultats (des indicateurs mal conçus peuvent conduire à des résultats négatifs) et sur ses implications pour les processus démocratiques (des indicateurs mal compris peuvent induire en erreur les politiques et la compréhension de leur impact). La contribution de notre thèse est triple. Tout d’abord, nous proposons trois entrées pour mieux saisir la notion de performativité. Nous nous intéressons particulièrement aux agencements socio-techniques (AST) de Callon, ou l’enchevêtrement entre les systèmes de croyances entourant la performance et ce qu’ils mesurent (2006). Bien que les AST soient généralement présentés comme une source de performativité, notre recherche y attribue différents mécanismes de feedback, dont certains peuvent être utilisés pour réduire la performativité. Plus précisément, nous constatons que l’élaboration de multiples AST (e.g. des WISE créant leur propre modèle de mesure de la performance) est propice à la délibération, ce qui réduit la performativité. Deuxièmement, nous isolons deux mécanismes de causalité associés à la performativité. Le premier est attribuable à l’environnement de gestion publique des WISE (NWS ou NPG), qui établit le modèle par lequel elles co-créent de la valeur publique. Par exemple, le légalisme du NWS est une caractéristique structurante de l’intégration professionnelle en France où les WISE tirent leur légitimité du conventionnement, alors qu’au Danemark, la NPG crée un quasi-marché de réseau où la légitimité des WISE s’apprécie à la fois par des mécanismes de marché mais aussi par la constitution de capital relationnel et de valeurs partagées. Le deuxième mécanisme causal est l’intention stratégique qui sous-tend la mesure de la performance des WISE : en se basant sur la PVT, nous identifions sept intentions qui sont liées à l’environnement. En France, nous identifions e.g. une intention de conformité (aux indicateurs de performance peu adaptés utilisés par les acteurs publics) qui conduit à des comportements non pas motivés par la mission des WISEs mais par les critères qu’elles doivent remplir pour maintenir leur conventionnement (e.g. dans le recrutement de leurs bénéficiaires). Enfin, nous proposons un état de l’art et un cadre pour appréhender les modèles d’évaluation de l’impact social (SIA). SIA est l’approche de la mesure des impacts qui a été élaborée au cours des deux dernières décennies par des organisations dites d’intérêt général (comme les WISEs) qui tentent d’évaluer leur impact (par exemple SROI, qui monétarise l’impact).