Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

nous suivre

Rechercher





Accueil > Actualités

Appel à communication : Colloque "L’Etat des économistes", jusqu’au 15 mai 2019

par Rédaction LEST - publié le

Le colloque « L’État des économistes. La science économique face à la puissance publique (XXe-XXIe siècles) » coorganisé par le CURAPP, CRESPPA-LabToP, le LEST les RT 27 et 42 de l’AFS se déroulera à Amiens les 21 et 22 novembre 2019.

Appel à communication : Colloque L’état des économistes, 21-22 novembre 2019, Amiens

CURAPP – CRESPPA-LabToP – LEST
Association française de sociologie, RT 27 « Sociologie des intellectuels et de l’expertise »
Association française de sociologie, RT 42 « Sociologie des élites »

APPEL A COMMUNICATIONS

L’ÉTAT DES ECONOMISTES LA SCIENCE ECONOMIQUE FACE A LA PUISSANCE PUBLIQUE (XXE-XXIE SIECLES)

21-22 novembre 2019, Amiens

L’affirmation de l’État comme un acteur économique à part entière constitue sans nul doute une des reconfigurations majeures qu’a connue la puissance publique au XXe siècle. À la suite notamment de la crise des années 1930 et de la Seconde guerre mondiale, celle-ci a pris différentes formes : développement d’un État-providence, politiques budgétaires et monétaires actives, planification économique, supervision des marchés et de la concurrence, production de services dans des domaines jugés essentiels (éducation, santé, transport, énergie, communication, etc.) ou encore participation à la production industrielle et à l’activité financière. Surtout, de l’État keynésien au « tournant néo-libéral » du dernier quart du XXe siècle, en passant par les différentes formes d’économie planifiée, les modalités et finalités de cette intervention ont fortement varié d’un pays et d’une époque à l’autre, et ont fait l’objet de controverses politiques et scientifiques. Cette question a même été au cœur des confrontations entre modèles politiques (à prétention universelle) qui se sont jouées, tout au long du XXe siècle, sous la forme notamment d’un affrontement entre « socialisme » et « libéralisme ». Ainsi, produit des rapports de forces entre groupes sociaux et entre intérêts économiques, ces reconfigurations de la puissance publique apparaissent indissociables du travail de légitimation et de critique de l’intervention publique et des luttes relatives à la définition du rôle de l’État.
La science économique a été et est encore partie prenante de ces processus à différents niveaux. La demande d’expertise qui a résulté de l’affirmation de l’État comme acteur économique a tout d’abord favorisé, voire orienté, le développement de cette discipline, parfois au cœur même de l’administration. L’action macro-économique de l’État, la production de biens publics, la fiscalité et les formes de redistribution ont ainsi constitué des objets d’étude privilégiés pour les économistes, qui, en retour, ont largement contribué à la définition du périmètre et des formes d’intervention légitimes de l’État. Que fait l’État à la science économique ? Qu’est-ce que la science économique fait à l’État ? Ce sont ces relations entre les économistes, les savoirs qu’ils produisent, et les contours de la puissance publique que ces journées d’étude entendent explorer.

Les propositions de communication pourront s’inscrire à l’intérieur d’un ou de plusieurs des axes suivants :

Axe 1 : Les économistes dans/hors/face à l’État

C’est d’abord aux rapports que les économistes entretiennent avec la puissance publique qu’on s’intéressera. Cette question pourra être envisagée selon différents angles, en premier lieu en revenant sur le rôle joué par l’État dans la construction de la profession d’économiste et dans l’institutionnalisation de l’économie comme discipline. La science économique s’est en effet construite simultanément comme discipline académique et science d’État [1] , selon un double processus d’enrôlement étatique des savoirs économiques et de légitimation scientifique de la puissance publique. Depuis les années 1970, elle a connu, en outre, un « tournant empirique » favorisant l’économie appliquée, qui occupe désormais une place majeure [2]. Les communications pourront donc s’attacher à restituer, dans leur diversité, les trajectoires de la science économique dans les diverses configurations étatiques, les interactions entre champ académique et champ politico-administratif qui les sous-tendent et les profils professionnels d’économistes qui y sont associés. Une attention privilégiée pourra, dans cette perspective, être portée aux moments de guerre [3] ou de crise et aux redéfinitions que la science économique a alors connues dans ses rapports avec l’État.
Universitaires, experts, haut-fonctionnaires, chefs d’entreprise, ingénieurs, journalistes ou essayistes : les rôles professionnels que les économistes ont pu endosser et même combiner sont multiples, de même que les espaces où leurs savoirs et leurs compétences ont été utilisés, revendiqués, légitimés [4]. C’est donc en second lieu la question du positionnement des économistes dans, face ou hors de l’État qu’on souhaiterait aborder lors de ces journées d’étude. Quelles formes de légitimité (académique, régalienne, etc.) sont associées aux différents types d’intellectuels qui peuvent revendiquer le statut d’économiste ? Comment s’opposent-elles ? Quelles logiques sous-tendent les différentes formes de positionnement que les économistes peuvent adopter vis-à-vis de la puissance publique (rôle de conseiller ou d’expert, critique, économiste d’institution, position de retrait, etc.) ? Quelles dissonances peuvent se faire sentir entre les cadres de la science économique et ceux qui sous-tendent l’action politique ou les routines administratives ?
Ces questions seront traitées dans le prolongement des renouvellements qui ont caractérisé la socio-histoire de l’État comme producteur de savoirs économiques depuis une vingtaine d’années. Ceux-ci se sont caractérisés par un déplacement du regard des institutions centrales de production des savoirs économiques (universités, administrations d’État, etc.) vers des lieux plus « périphériques », comme les entreprises, les administrations locales ou les instituts de recherche spécialisés [5], avec une focale souvent plus ethnographique ou microhistorique. En regard des États occidentaux [6], une attention plus grande a également été accordée à d’autres espaces géographiques, comme les États socialistes de l’Est ou les pays du Sud (l’Inde, l’Amérique latine ou le continent africain, par exemple) [7], envisagés non pas comme de simples réceptacles de savoirs occidentaux, mais aussi comme des lieux d’innovation porteurs de modèles alternatifs d’articulation entre science économique et État. Enfin, à une perspective stato-centrée s’associe désormais une analyse des organisations internationales (associations scientifiques, organisations économiques ou politiques), abordées comme des lieux d’affrontement entre des définitions concurrentes de la science économique [8].
Sur ces bases, les communications pourront s’efforcer de rendre compte du caractère diffus des savoirs économiques, et de la manière dont ils peuvent imprégner un nombre croissant de sphères d’activités sociales. Elles pourront aussi étudier comment les rapports des économistes à l’État se traduisent ou se déploient sur la scène internationale ou comment les réaménagements successifs de la position des économistes dans les appareils d’État s’inscrivent dans des dynamiques transnationales. On pourra ainsi s’interroger sur la manière dont les organisations internationales et les banques centrales [9] sont devenues les lieux d’élaboration et de consécration d’innovations théoriques et méthodologiques de la science économique aptes à fixer les agendas gouvernementaux, à produire les curricula scolaires et les capitaux académiques. Cette question pourra être étudiée sous l’angle de l’émergence d’une nouvelle élite scientifique et d’une nouvelle doxa par la légitimation progressive, dans la résolution de problèmes réputés difficiles, d’outsiders du champ de l’expertise [10]. Dans une perspective davantage tournée vers la sociologie de la connaissance, on pourra aussi s’interroger sur la manière dont ces organisations sont devenues en tant que telles, des établissements scientifiques, au sens où l’entend Norbert Elias [11].

Axe 2 : Comment la science économique pense-t-elle l’État ?

La seconde thématique abordée lors de ces journées d’étude concernera les différentes manières dont la science économique pense ou a pu penser l’État, en particulier son rôle en matière économique.
Si, à la suite de la révolution marginaliste, les premiers modèles d’équilibre général n’intégrèrent pas d’autres acteurs que les producteurs et les consommateurs, les réflexions de la science économique du XXe siècle n’ont cessé de questionner le rôle de l’État, que l’on pense aux théories de la planification, à la théorie du choix social, à l’économie du secteur public, au public choice ou à la macroéconomie keynésienne. Les communications pourront se centrer sur la genèse, l’institutionnalisation, la circulation de ces ensembles théoriques, reconstituer les milieux d’interconnaissance et les transactions qui ont sous-tendu ces dynamiques ou encore interroger la façon dont elles se sont articulées avec les luttes plus globales entre paradigmes (paradigmes « néo-classique », « keynésien », « marxiste », « post-keynésien » etc.) au sein de cette discipline. Ce travail d’élaboration théorique pourra également être réinscrit à l’intérieur de ce qu’Andrew Abbott a appelé des luttes juridictionnelles entre disciplines [12]. On peut, par exemple, penser à la manière dont la théorie du choix social a pu reprendre à son compte des questionnements sur la nature de l’État et ses objectifs, traditionnellement abordés par la philosophie politique ; ou à la façon dont l’analyse économique des comportements politiques et du fonctionnement des bureaucraties a remis en cause le monopole dont disposaient la science politique, la sociologie et l’histoire sur ces objets.
Point d’entrée classique de l’histoire et de la sociologie des sciences, les controverses scientifiques peuvent constituer un autre fil permettant d’explorer d’un point de vue socio-historique les représentations du rôle de l’État produites par les économistes. Des travaux ont déjà été consacrés aux controverses portant, par exemple, sur la tarification des monopoles publics [13]. D’autres disputes pourraient également être envisagées, comme celles relatives à l’efficacité des politiques monétaires et budgétaires, l’indépendance des agences économiques, au paramétrage des fonctions de bien-être collectif ou encore aux méthodes de comptabilité nationale et de prévision économique. Les communications, dans cette perspective, pourront s’attacher à saisir la dynamique propre de ces controverses, afin de comprendre comment certaines questions connaissent des dynamiques de publicisation (par exemple, la dette publique) ou de confinement (par exemple, les régimes de gestion des changes), et comment ces dynamiques posent de nouvelles contraintes argumentatives aux parties prenantes. Il s’agira par là de cerner au plus près ce qui se joue dans ces interactions et les situer dans un contexte plus large. Comment les prises de position à l’intérieur de ces controverses théoriques sont-elles corrélées aux positions occupées par les protagonistes au sein du champ scientifique ? Dans quelle mesure et sous quelles formes ces controverses scientifiques peuvent-elles réfracter des oppositions plus directement politiques ? Comment, dans ces oppositions, les économistes eux-mêmes tirent-ils arguments des controverses engagées pour dénoncer des « biais idéologiques » [14] recouvrant leurs orientations quant au rôle de l’État ?

Axe 3 : La science économique dans les luttes de pouvoir

La troisième thématique privilégiée lors de ce colloque renvoie au rôle de la science économique dans les luttes de pouvoir. Comment les savoirs et les instruments économiques sont-ils mobilisés dans les rivalités au sein des champs politique et administratif ? Quelles logiques propres au champ administratif commandent ou non le recours à l’expertise ou aux savoirs économiques ? Par quels mécanismes, quels canaux et quels profils d’acteurs se diffusent-ils et sont-ils utilisés ?
En se focalisant sur les cabinets ministériels ou les administrations centrales, les communications pourront examiner comment l’expertise économique est convoquée dans les luttes aux sommets de l’État et, peut contribuer à la redéfinition des contours et finalités de la puissance publique [15]. Quels acteurs (professionnels de la politique, haut-fonctionnaires, syndicalistes, représentants de groupes d’intérêts, etc.) se saisissent des savoirs économiques lors de ces luttes ? Comment ces usages de la science jouent-ils sur les rapports de force à l’intérieur des controverses publiques et sur leur dynamique ?
D’autres sites d’observation pourront également être envisagés afin d’analyser les usages politiques de la science économique : les partis politiques, par exemple, où, à partir des années 1960-1970 dans le cas français, les conseillers économiques ont acquis un rôle stratégique et déterminant dans les luttes intra et extra partisanes [16]. Sont également encouragées les propositions qui prendraient pour objet des institutions d’enseignement (business school, écoles de haut-fonctionnaires, universités, etc.), en tant que lieux d’hybridation entre pensée économique et pensée politique/pensée d’État [17].
Centrées sur l’articulation entre expertise économique et luttes politiques, ces études de cas permettront in fine d’examiner les effets de la science économique sur la structuration du champ du pouvoir. D’une part, en mettant au jour des processus de circulation et de traduction entre l’univers de la science économique et les espaces politiques, il s’agira d’interroger les éventuelles homologies entre les oppositions scientifiques (entre écoles de pensée, institutions, etc.) et les oppositions politiques (entre partis ou entre doctrines politiques). D’autre part, alors que le débat reste vif sur la « confiscation de la démocratie » par le pouvoir des experts, ce sont aussi les effets de la montée en puissance de l’expertise économique sur le fonctionnement du jeu politique qu’on entend examiner.

*****

Le colloque se tiendra les 21 et 22 novembre 2019 à Amiens. Les propositions de communications (3000 signes maximum) doivent être envoyées avant le 15 mai 2019 aux adresses suivantes :
mhauchecorne@univ-paris8.fr
igouarne@gmail.com
emmanuel.monneau@u-picardie.fr
antoine.vion@univ-amu.fr

Les réponses seront envoyées à la fin du mois de mai.

Les textes des communications devront être transmis aux discutant.e.s le 31 octobre 2019 au plus tard.


[1Voir notamment O. Ihl, M. Kaluszynski, G. Pollet (dir.), Les sciences du gouvernement, Paris, Economica, 2003 ; P. Laborier, F. Audren, P. Napoli, J. Vogel (dir.), Les sciences camérales. Activités pratiques et histoire des dispositifs publics, PUF, coll. CURAPP-ESS, 2011.

[2R. E. Backhouse, B. Cherrier (dir.), « The Age of the Applied Economist : The Transformation of Economics since the 1970s », History of political economy, n° 49, 2017, p. 1-33.

[3Sur la Seconde Guerre mondiale, par exemple, voir M. Armatte, « Les sciences économiques reconfigurées par la pax americana », in La science économique comme ingénierie. Quantification et Modélisation, Paris, Presses des Mines, coll. « Sciences sociales », 2010, p. 207-242.

[4F. Lebaron, « Qui sont les économistes ? », Économie politique, n° 58, 2013, p. 24-34 ; M. Heredia, À quoi sert un économiste, Paris, La Découverte, 2014.

[5Dans le cas de la France : si le rôle de l’INSEE, du Commissariat au Plan et du Ministère des finances dans le développement de la science économique avait déjà été bien étudié grâce aux travaux d’A. Desrosières, F. Fourquet, M. Margairaz, L. Quennouëlle-Corre, H. Rousso, D. Dulong, V. Spenlehauer, A. Terray, les recherches récentes de H. Mazodier (sur les ingénieurs-économistes au sein du Ministère des Transports), de J. Finez (sur la SNCF) ou encore de T. Angeletti (sur les outils de quantification mis en œuvre par l’INSEE) apportent des éclairages nouveaux sur les évolutions de la pensée économique d’État. Pour une synthèse, cf. B. Gaïti, « L’érosion discrète de l’État-Providence dans la France des années 1960. Retour sur les temporalités d’un ‘tournant néo-libéral’ », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 201-202, 2014, p. 58-71.

[6Voir notamment F. Lebaron, La croyance économique : les économistes entre science et politique, Paris, Seuil, 2000 ; M. Fourcade, Economists and Societies : Discipline and Profession in the United States, Britain and France, 1890s-1990s, Princeton, Princeton University Press, 2009.

[7Voir, entre autres, J. Bockman, Markets in the Name of Socialism. The Left-Wing Origins of Neoliberalism, Stanford, Stanford University Press, 2011 ; M. Christian, S. Kott, O. Matejka (eds), Planning in Cold War Europe. Competition, Cooperation, Circulations (1950s-1970s), Berlin/Boston, De Gruyter, 2018 ; M. Heredia & O. Kirtchik, « La notion de ‘champ’ à l’épreuve de l’histoire sociale comparée : les sciences économiques en Russie et en Argentine », Social Science Information, n° 49, 2010, p. 585-613.

[8Outre l’ouvrage dirigé par A.W. Coats, Economists in International Agencies. An Exploratory Study (New York, Praeger Publishers, 1986), voir, par exemple, V. Gayon, « Lieux neutres en lutte. Consolidation inter-champs et organisation multisectorielle internationale », Cultures et conflits, n° 108, 2017, p. 15-35 ; S. Godard, « Une seule façon d’être international ? L’internationalisme dans les parcours biographiques au CAEM », Critique internationale, n° 66, 2015, p. 69-83.

[9O. Feiertag, « Le tournant de la mondialisation », in O. Feiertag, M. Margairaz (dir.), Les banques centrales à l’échelle du monde, Paris, Presses de Sciences Po, 2012, p. 221-250.

[10Y. Dezalay, B. Garth Bryant, La Mondialisation des guerres de palais, Paris, Seuil, 2002.

[11N. Elias, La dynamique sociale de la conscience. Sociologie de la connaissance et des sciences, Paris, La Découverte, 2016 ; A. Jatteau, « Comment expliquer le succès de la méthode des expérimentations aléatoires ? Une sociographie du J-PAL », SociologieS, 2018.

[12A. Abbott, Chaos of Disciplines, Chicago, University of Chicago Press, 2001 ; sur la position de la science économique au sein des hiérarchies disciplinaires, voir M. Fourcade, E. Ollion, Y. Algan, « The Superiority of Economists », Journal of Economic Perspectives, n° 29, 2015, p. 89-114.

[13G. Yon, « L’économicité d’EDF. La politique tarifaire d’Électricité de France et la reconstruction de l’économie nationale, de la nationalisation au milieu des années 1960 », Politix, n° 105, 2014, p. 91-115.

[14P. Cahuc, A. Zylberberg, Le négationnisme économique, Paris, Flammarion, 2016 ; M. Javdani, H.-J. Chang, « Who Said or What Said ? Estimating Ideological Bias in Views Among Economists », MPRA Paper 91958, University Library of Munich, Germany, 2019. <https://ideas.repec.org/p/pra/mprapa/91958.html>

[15Dans le cas français, voir P. Bezes, Réinventer l’État. Les réformes de l’administration française (1962-2008), Paris, PUF, 2009

[16M. Fulla, « L’‘économiste en politique’. Les experts socialistes français des années 1970 », Revue française de science politique, vol. 66, n° 5, 2016, p. 773-800 ; N. Azam, « Rénover le communisme via l’expertise économique ? Le PCF et ses économistes depuis les années 1960 », Savoir/Agir, n° 42, 2018, p. 47-53 ; A. Burlaud, F. Lebaron (dir.), « Les gauches et l’économie », Savoir/Agir, n° 42, 2018.

[17S. Kolopp, « De la modernisation à la raison économique. La formation en économie à l’ENA et les déplacements des lieux communs de l’action publique (1945-1984) », Genèses, n° 93, 2013, p. 53-75 ; B. Le Gall, « L’aggiornamento d’un département d’économie. Conversion à la gestion et marginalisation des savoirs critiques », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 220, 2017, p. 48-67 ; M. Scot, La London School of Economics & Political Science. Internationalisation universitaire et circulation des savoirs en sciences sociales 1895-2000, Paris, PUF, 2011.