Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

nous suivre

Rechercher





Accueil > Actualités

Les thèses de Lynda Lavitry et Cristina Nizzoli paraissent aux PUF

par Léo JOUBERT - publié le

Les deux livres issus des thèses des lestiennes lauréates du prix du Monde de la recherche universitaire 2014 viennent de paraître aux PUFLes deux livres issus des thèses des lestiennes lauréates du prix du Monde de la recherche universitaire 2014 viennent de paraître aux PUF.

"C’est du propre !" Syndicalisme et "travailleurs du bas de l’échelle" (Marseille et Bologne).
Cristina Nizzoli

« Ce n’est pas parce qu’on nettoie la merde des autres qu’on n’existe pas ! » Pour Ana, immigrée et salariée du secteur de la propreté, la question qui se pose est avant tout celle de la reconnaissance de ce « sale boulot ». Temps partiel imposé, rythmes de travail effrénés, horaires éclatés, non-respect du droit du travail, tels sont les facteurs qui marquent l’expérience des salariés sous-traités de la propreté. Dans ce contexte, malgré l’absence de véritables campagnes de syndicalisation, c’est l’action quotidienne de syndicalistes de terrain qui permet aux syndicats de maintenir un lien avec ce monde du travail profondément précarisé.
Fondé sur une enquête comparative et ethnographique, cet ouvrage nous immerge dans le travail quotidien des syndicalistes du secteur de la propreté à Marseille et à Bologne. Ici, face à des travailleurs invisibilisés du fait de leur appartenance de classe, de sexe et de race, les syndicats tendent à reproduire des pratiques syndicales forgées à l’époque de la « société salariale ». Pourtant, cette étude montre l’importance de la prise en compte du potentiel émancipateur contenu dans les expériences de vie et de travail des salariés du bas de l’échelle pour l’élaboration de nouvelles stratégies syndicales.

Flexibilité des chômeurs, mode d’emploi. Les conseillers à l’emploi à l’épreuve de l’activation
Lynda Lavitry

En France, les chômeurs sont régulièrement accusés d’être trop nombreux à ne pas chercher d’emploi et à ne pas répondre aux offres. Mais qu’est-ce qu’une offre d’emploi convenable ou « raisonnable » ? La durée d’indemnisation implique-t-elle une responsabilité morale du chômeur à accepter tout emploi qui se présente ?
Pour comprendre ce qui se joue dans les interactions entre conseillers à l’emploi et chômeurs, l’auteure remonte aux origines du traitement du chômage. Partant des transformations du service public de l’emploi et du travail des conseillers à l’emploi depuis les années 2000 et après la crise économique de 2008, son enquête montre comment le traitement des chômeurs obéit aux questions éthiques et sociales que soulève l’injonction au retour rapide à l’emploi, tant du point de vue des agents que des demandeurs d’emploi. Est ainsi mise en lumière la triple évolution des politiques publiques en matière d’emploi, de la professionnalisation des conseillers et des exigences envers les chômeurs pour une adaptabilité au marché de l’emploi, et leurs effets contradictoires.