Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

nous suivre

Rechercher





Accueil > Actualités

Portrait invité : Zahir AHOUARI

par Rédaction LEST - publié le

Zahir Ahouari est maître assistant classe « A » à l’université de Bejaia depuis 2002 et doctorant au département sociologie de l’université d’Alger, le thème : "Identité professionnelle des cadres de l’industrie". Il est au LEST jusqu’au 3 octobre 2016 s

Résumé de des travaux conduit au LEST

Les cadres des entreprises publiques. Un groupe social déclassé.

Les cadres des entreprises Algériennes, qu’elles soient publiques ou privées, sont recrutés parmi les diplômés des universités et des écoles supérieures de formations, ouvertes aux enfants des différentes couches sociales ou, par la promotion, des catégories inférieures, des salariés justifiants de l’expérience et de la compétence. Ils ont connu eux aussi des mutations profondes dans leur identité, ils sont passés de missionnaires qui devaient progresser la société par l’inculcation de comportements modernistes dans les années 1970 et 1980 à un groupe fragilisé par la crise dans les années 1990.

Les cadres ont toujours vécu un malaise, une crise identitaire, depuis que la doctrine officielle, les institutions d’entreprise et la législation du droit du travail les incluent dans la catégorie des travailleurs, alors, que les ouvriers ne les voient que comme des dirigeants, des employeurs voire même des patrons [1]. A l’intensification de la crise par les changements structurels important que traverse l’Algérie. D’où la sécurité de l’emploi est menacée par risque de fermeture des entreprises publiques et le ralentissement des créations d’emplois de cadre. Le chômage de longues durées frappe à plein fouet les jeunes diplômés.

Les cadres ont rencontré des difficultés à s’adapter à la dégradation de leur situation, à la détérioration de leurs conditions de travail et la diminution de leurs salaires. MERANI [2] insiste sur le fait que les cadres ne contribuent pas et ne sensibilisent pas les autres à les reconnaitre comme un groupe social distinct, par leur désengagement politique et social.

Nous retiendrons donc que l’identité professionnelle peut être définie comme un ensemble d’éléments permettant l’affirmation de soi et la reconnaissance par autrui dans le cadre de l’espace de socialisation formé par le milieu de travail. Plus précisément, les acquis identitaires initiaux spécifiques résultant de la formation académique et technique subie ainsi que des expériences professionnelles antérieures éventuelles et les acquis professionnels depuis l’arrivée dans l’entreprise, à travers les expériences techniques et les compétences spécialisées engrangées , et des rapports de socialisation propres aux milieux de vie et de travail que constitue l’espace social formé dans l’entreprise. [3]

Objet d’étude de notre recherche consiste à appréhender l’identité professionnelle du groupe cadre par une approche empirique centrée sur le contenu du travail, le rapport au travail, afin de déterminer les caractéristiques du travail des cadres, d’une part, et d’analyser les représentations sociales des cadres, ainsi que les trajectoires sociales et professionnelles les déterminant. Afin d’apporter des éléments de réponses aux questionnes suivantes :

Qui sont les cadres et d’où viennent-ils ?
Comment ils se définissent dans leur rapport au travail à l’entreprise ?
Quelles sont leurs représentations sociales, leurs spécificités ?
Quelles perceptions ont-ils de leur statut ?
Quelles sont leurs perspectives d’avenir ?

Consultez son CV sur le site du LEST


[1A. L KENZ, Ecrits d’exil , Casbah, ALGER, 2009

[2H. MERANI, “ Les cadres des entreprises publiques Algériennes, d’une position de privilège à une situation de crise » in REMMM. 2005

[3R. SAINSAULIEU, sociologie de l’organisation et de l’entreprise, presses FNSP, Paris,1987